Blessures
A la Une

Lettre au commissaire de la National Football League (NFL)

Un éminent psychiatre de Harvard dénommé Lester Grinspoon consommait du cannabis à ses heures perdues. Ayant lui-même expérimenté l’effet de cette plante, il a publié deux livres sur le sujet. Ces derniers parlent de la reconsidération de la marijuana (1971) et du cannabis en tant que médecine oubliée (1993). Ce docteur a écrit une lettre ouverte à l’attention de Roger S. Goodell, le commissaire de la National Football League. Il le prie de bien vouloir soutenir la recherche sur l’utilisation du cannabis pour traiter les traumatismes crâniens à long terme. Cet article constitue en lui-même déjà un partage pour les internautes qui s’intéressent de près ou de loin au cannabis.

NFL et problème des commotions cérébrales dans le football américain

Son statut de médecin et de fan de football professionnel a incité le docteur Lester Grinspoon à écrire sa lettre. Selon lui, il faut protéger les joueurs professionnels de développer une encéphalopathie traumatique chronique (ETC). Effectivement, ils subissent fréquemment des commotions et autres lésions cérébrales répétitives lors de leur entraînement et des compétitions. Les footballeurs ne méritent pas de souffrir de ce traumatisme au cerveau, voilà pourquoi il faut l’éviter à tout prix.

D’anciens joueurs auraient accusé la ligue nationale d’avoir délibérément dissimulé une corrélation entre le football professionnel et les lésions cérébrales traumatiques. La NFL a dû dépenser 765 millions de dollars dans ce procès. Finalement, la justice estime que la compensation est trop faible pour couvrir tous les cas actuels et ultérieurs de CTE. Un juge a donc annulé l’accord précédent. Selon la tournure des choses, la responsabilité de la NFL pourrait dépasser largement le milliard de dollars. On peut comprendre que les dommages (douleur, souffrance, mort prématurée) subis par ces joueurs professionnels valent un chiffre conséquent.

potentiel-du-cannabis-dans-la-protection-du-cerveau

La potentialité de la marijuana dans la protection du cerveau des footballeurs professionnels

Le docteur Grinspoon rappelle à Goodell sa volonté d’explorer tous les moyens pour atténuer la fréquence et la gravité de l’ETC. Il ne peut donc pas exclure le potentiel de la marijuana dans la protection du cerveau des footballeurs professionnels. D’ailleurs, Monsieur Roger S. avait déjà déclaré qu’il envisagerait cette option si la médecine juge son usage approprié. Et cela, en étant conscient de la controverse sur son rôle vital dans la préservation de la santé des sportifs.

Docteur Grinspoon estime que Goodell et la NFL doivent faire plus qu’un simple suivi de l’avancée médical en la matière. Il laisse notamment comprendre la nécessité d’un apport financier pour soutenir la recherche. On parle bien entendu d’une étude visant à savoir si le cannabis peut éventuellement protéger contre les dommages des commotions cérébrales. De ce fait, les scientifiques vont probablement s’intéresser de près aux produits ayant un ratio élevé de CBD-THC sans effets psychotropes.

De nombreux chercheurs et médecins s’accordent à penser que le cannabis aurait des propriétés neuroprotectrices non négligeables. Ce ne sont pas que de simples croyances puisque plusieurs données de laboratoire et cliniques en témoignent. De plus, on a besoin de millions de dollars pour pousser plus loin les recherches. Les grandes promesses de la marijuana médicale n’auront de chance d’être reconnues que par l’intermédiaire d’importants investissements. La NFL a intérêt à déterminer la capacité du cannabis à prévenir le TCE et le moyen de financer ce projet.

Qui pourrait financer la recherche sur le potentiel du cannabis à soulager les commotions cérébrales ?

Comme tout médicament pharmaceutique, il faut déterminer l’efficacité et la sécurité du cannabis. Il va de soi que cela occasionne des dépenses de la part de la société productrice. Cependant, les entreprises pharmaceutiques s’impliquent rarement dans les produits dont les matières premières ne peuvent pas être brevetées comme le cannabis. Bien que ces produits soient efficaces, ces sociétés ne bénéficieront probablement pas d’un retour sur investissement. Outre l’industrie pharmaceutique, le gouvernement américain représente une autre source potentielle de financement. Malheureusement, la stigmatisation autour de la marijuana rend certains politiciens réfractaires aux essais cliniques visant à examiner ses avantages potentiels.

La NFL dispose certainement des moyens financiers suffisants pour lancer un programme de recherche sérieux et intensif de ce genre. Déterminer l’efficacité de la combinaison de cannabinoïdes pour prévenir les conséquences des commotions cérébrales lui permettra de rendre un service public. Mais cela représente surtout un défi pour défendre les intérêts de la ligue. Surtout que si peu d’autres options prometteuses existent pour atténuer le problème.

joueur-football-américain

Une protection limitée pour la tête des joueurs de football

Il faut garder à l’esprit que les tentatives d’amélioration des équipements de protection n’ont qu’un effet limité. De plus, elles risqueraient de réduire les compétences et les capacités des joueurs professionnels. Bien que le casque soit un bon protecteur, il ne protège que le crâne et non le cerveau. Il parviendra difficilement à limiter la fréquence ou la gravité des commotions cérébrales (limites physique, anatomique et neurophysiologique). Cela suppose que les chercheurs doivent explorer le potentiel de protection interne du cerveau. Évidemment, cette recherche ne sera ni rapide ni peu coûteuse, mais il faut l’entreprendre.

Lester Grinspoon demande de cesser de soumettre les joueurs à des tests de dépistage de la marijuana par peur des répressions. Selon lui, ce cannabinoïde est susceptible de sauver des vies et déjà une vingtaine d’États ont déjà légalisé le cannabis. Édifier de nouvelles règles ne pourra pas non plus permettre de résoudre ce problème. Cela aura pour effet de modifier le jeu au point qu’il ne ressemble plus au football tel que nous le connaissons. De ce fait, la modification de la réglementation dans le jeu ne serait pas non plus raisonnable.

Apport du CBD pour préserver la santé des joueurs de football professionnels

La collision est incontournable dans le football américain, les joueurs y reçoivent des coups fréquents et brutaux. Les traumas peuvent être handicapants pour eux aussi bien dans le cadre professionnel que dans la vie de tous les jours. Un célèbre journal sportif a révélé une forte prévalence d’utilisation de CBD dans ce sport adulé aux USA. Cette publication laisse entendre que les joueurs de football prennent plus fréquemment des antalgiques que les autres sportifs. Pourtant, l’abus de ces substances altère souvent les reins et provoque des problèmes au niveau gastrique.

Il arrive que les bonnes habitudes (sommeil, alimentations, etc.) ne suffisent pas à performer sur le terrain. Voilà pourquoi les joueurs abusent des opioïdes comme le Tramadol qui sont d’un soutien incomparable pour atténuer douleurs et inflammations. Les statistiques démontrent que 80 % des joueurs professionnels se tournent vers le CBD pour supporter les douleurs, mieux dormir et favoriser la récupération. D’ailleurs, le cannabidiol ne semble pas occasionner de dépendance ni d’effets indésirables comme les antidouleurs classiques.

Outre ses vertus anti-inflammatoires et antalgiques, le CBD se révèle être un bon protecteur pour l’hippocampe. Grâce aux vertus neuroprotectrices du cannabidiol, les joueurs peuvent limiter les effets des commotions cérébrales et préserver leur cerveau. D’ailleurs, il semblerait que l’Agence mondiale antidopage ait enlevé le CBD des produits prohibés. La plupart des fédérations ont fini par accepter cette décision malgré quelques réticences au départ. Désormais, les joueurs peuvent compter sur une protection supplémentaire pour protéger leurs têtes en utilisant le CBD dans leurs routines d’entraînement.

Témoignage de Baptiste Nallet quant à son expérience avec le cannabidiol

Le footballeur professionnel Baptiste Nallet fait jusqu’à deux heures de musculation jour pour améliorer sa condition physique. De plus, lui et son équipe s’entraînent durant approximativement la même durée, 4 jours sur 7. Même avec ce rythme d’entraînement, il se force encore à améliorer son jeu et ses compétences sur le terrain. Tout au long de son parcours professionnel, il a subi des entorses graves. Ses six entorses à la cheville l’ont obligé à rester sur le banc de touche durant quelque temps (3 à 7 semaines). Il a également dû arrêter le football durant presque 4 mois, le temps guérir d’une dislocation de l’épaule. Baptiste Nallet a aussi dû suspendre son entraînement de 4 mois suite au déchirement du ligament de son pouce. Il s’est mis à essayer le CBD en découvrant que des icônes du football en prenaient. Après tout, il est difficile d’ignorer les conseils de légendes qui ont percé dans un domaine qui nous passionne. D’autant plus que Baptiste subit lui-même la pression du football au quotidien. Il a pris l’habitude d’enduire des crèmes chauffantes au cannabidiol sur les zones qui lui font souffrir. Après les séries d’entraînements, ce footballeur professionnel met de la crème froide au CBD sur ses blessures pour favoriser leur guérison.

Commotions cérébrales : une opportunité déguisée pour la NFL

Bref, il est naturel pour les footballeurs de haut niveau de vouloir améliorer leur bien-être dans la pratique de leur sport. En adressant une lettre ouverte au représentant de la NFL, le docteur Lester Grinspoon entend défendre les intérêts des joueurs. En tant que fan de football, il soutient qu’il faut absolument protéger les footballeurs des commotions cérébrales. La lettre encourage notamment la NFL à financer la recherche concernant la potentialité de la marijuana à ce sujet. C’est une opportunité pour elle de participer à la santé publique et à améliorer le bien-être des footballeurs. La NFL est la plus à même de financer ce projet. Si les hypothèses sont vérifiées, le cannabis pourrait devenir une solution supplémentaire aux casques pour protéger la tête des joueurs. En tout cas, beaucoup de joueurs utilisent déjà le CBD comme anti-inflammatoire et antidouleurs.

Découvrez également comment le CBD aide les joueurs de rugby à se sentir mieux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page