Le CBD soulage les troubles musculo-squelettiques

Date:

 

Les troubles musculo-squelettiques occasionnent une douleur pénible et prolongée des os chez celui qui en est atteint. Ces douleurs osseuses sont bien plus familières qu’on ne le croit (lombalgies, les inflammations articulaires, les inflammations articulaires, etc.). Habituellement, ce genre de douleur survient à la suite d’un accident (sport ou voiture) ou des blessures dans le milieu professionnel. Le manque d’activité, les problèmes immunitaires ou l’âge peuvent également être à l’origine de troubles osseux. Bien que la médecine propose diverses solutions pour traiter ces derniers, elles provoquent des effets indésirables potentiellement dangereux. Plusieurs chercheurs reconnaissent le pouvoir du cannabis médical dans le traitement des symptômes douloureux (y compris chronique). Le CBD pourrait en l’occurrence atténuer les douleurs musculo-squelettiques et faciliter la vie de nombreuses personnes.

Système musculo-squelettique : Ce qu’il faut retenir

Grâce au système musculo-squelettique, on arrive à tenir debout et à exécuter des mouvements. Composé d’os, le squelette soutient les muscles, les ligaments, les articulations, le cartilage, etc.

Comprendre les cycles osseux

En fait, notre structure osseuse évolue tout au long de la vie, elle se modifie par étape :

  • Stade de croissance rapide : le squelette se développe rapidement jusqu’à l’adolescence (pic de masse osseuse).
  • Phase de stabilité : la masse osseuse demeure constante à l’âge adulte.
  • Phase de déclin : nous subissons une perte osseuse avec l’âge.

On appelle remodelage osseux ce processus continu (formation-destruction) de la matrice osseuse (tissu vivant). Les ostéoclastes favorisent la destruction des os (quelques semaines) tandis que les ostéoblastes vont en former de nouveaux (quelques mois). Après la formation osseuse, les ostéoblastes se transforment en tissu osseux adulte (ostéocytes).

Ostéoporose

Ostéoporose : La conséquence du déséquilibre du cycle osseux

L’équilibre du cycle osseux est indispensable au bon fonctionnement de l’ensemble du système squelettique. Nous pouvons citer l’ostéoporose comme un cas de déséquilibre de ce processus de remodelage. Il se caractérise par une plus forte destruction osseuse au détriment du processus de formation. L’ostéoporose occasionne fréquemment une perte osseuse, un affaiblissement du squelette et des fractures, chez les gens (les femmes surtout). Il faut comprendre que le remodelage osseux implique plusieurs interactions (endocrines, paracrines, systémiques) y compris dans le système endocannabinoïde (SEC).

Potentialité du CBD médical dans le système endocannabinoïde des os

Le récepteur cannabinoïde CB2 est plus actif que le CB1 dans le système osseux (ostéoclastes). Ceci dit, le récepteur CB1 intervient plus au niveau des terminaisons nerveuses sympathiques du squelette. Le GPR55 est un autre récepteur SEC atypique présent dans les ostéoblastes et les ostéoclastes.

Relation entre ostéoporose et système endocannabinoïde

Selon certaines recherches, le système endocannabinoïde participe à la régulation de la structure osseuse par l’intermédiaire des récepteurs CB1 et CB2. Ici, les récepteurs CB1 ont plutôt un rôle protecteur (différenciation adipocytes/ostéoblastes et expression des protéines de signalisation). Même si sa fonction physiologique nécessite des approfondissements, le GPR55 a aussi un impact sur la masse osseuse.

Les scientifiques ont révélé que les cannabinoïdes peuvent atténuer les symptômes et la progression de certaines maladies grâce à leurs expérimentations. Ils sont parvenus à cette conclusion en menant des essais sur des groupes de souris (normales et dépourvues de récepteurs cannabinoïdes). Ils ont constaté une réaction différente de la part de ces derniers après leur avoir administré un cannabinoïde synthétique. Le produit a atténué les dommages osseux chez les souris normales, mais pas chez l’autre groupe. Cela confirme le rôle des récepteurs cannabinoïdes dans la régulation de la densité osseuse.

Les chercheurs ont constaté une ostéoporose et une perte osseuse chez les souris dépourvues CB1. Ils pensaient qu’une anomalie dans le processus de différenciation des ostéoblastes a engendré ces effets. Par la suite, des scientifiques allemands ont remarqué que l’activation des récepteurs CB2 pouvait freiner la destruction des os (ostéoclastes). Ces récepteurs auraient également un effet sur le maintien de la densité osseuse. En effet, les souris dépourvues de CB2 présentaient une diminution de la masse osseuse. Notons que dans cette expérience, le sexe et l’âge peuvent faire varier les effets de l’amputation des récepteurs cannabinoïdes.

Pour faire simple, l’activation des récepteurs CB2 accroît la masse osseuse en :

  • Inhibant la production des ostéoclastes
  • Augmentant le nombre et l’activité des ostéoblastes
  • Favorisant la formation des cellules de soutien (fibroblastiques) au niveau de la moelle osseuse.

Quelle influence joue le THC sur la masse osseuse ?

Les recherches tendent à suggérer qu’une forte consommation de cannabis aura un effet négatif sur le corps en :

  • Réduisant la densité minérale des os
  • Diminuant la masse corporelle
  • Augmentant les risques de fracture et de torsion osseuse.

Malgré le fait qu’il stimule surtout les récepteurs CB1, le THC pourrait éventuellement entraver la guérison osseuse. Il semble que le tétrahydrocannabinol peut bloquer la formation des cellules osseuses, voire causer leur mort. Cela suppose qu’on peut l’utiliser pour freiner la prolifération des cellules cancéreuses. Les expériences menées sur des animaux suggèrent également que l’inhalation de la fumée de cannabis freine la cicatrisation osseuse.

CBD-médical

Qu’en est-il de l’influence du CBD sur la masse osseuse ?

Beaucoup de personnes souffrant de douleurs musculo-squelettiques se mettent à abuser des opioïdes pour soulager leurs douleurs. Malheureusement, ces médicaments les rendent parfois plus vulnérables (en termes de morbidité et de mortalité). Effectivement, les patients ayant subi des opérations chirurgicales compliquées ont besoin de puissants antidouleurs. Ils pourraient éventuellement exploiter la vertu analgésique des cannabinoïdes pour soulager leurs maux afin de réduire l’usage opioïde. Le système endocannabinoïde joue un rôle non négligeable dans la transmission des messages douloureux (nociception).

Sachez que le cannabidiol (CBD) est un phytocannabinoïde du cannabis comme le THC, mais il n’est pas psychotrope comme celui-ci. Le CBD aurait la capacité d’inhiber la destruction osseuse en activant les récepteurs CB2 et en modulant la signalisation GPR55. Des chercheurs ont notamment étudié sur des rats l’effet du cannabidiol sur la guérison des fractures fémorales. Le CBD a permis de soulager les fractures tandis que le THC n’a pas eu le même effet. Toutefois, les chercheurs ont observé une réduction de la formation osseuse chez les rats auxquels on a administré un ratio CBD-THC équivalent.

Le CBD contre les troubles musculo-squelettiques

Le professeur Di Marzo semble soutenir l’efficacité du CBD chez les sportifs selon sa publication de 2020. Selon lui, le cannabidiol serait d’un soutien précieux dans le soulagement  :

  • De l’ostéoarthrite
  • Des DOMS ou douleurs musculaires à retardement
  • Des blessures dites de surmenage liées aux symptômes douloureux, aux commotions cérébrales et à la neuropathie.

Plusieurs autres études soutiennent également que les produits topiques à base de CBD peuvent soulager les douleurs dorsales. Une évaluation (2015) rétroactive des essais cliniques confirme que la marijuana atténue les douleurs chroniques (y compris dorsales). Le cannabidiol serait efficace pour atténuer la douleur aiguë d’une fracture (compression lombaire). Il apaiserait également d’autres symptômes (dysesthésie secondaire à la chirurgie d’une tumeur bénigne des méninges, douleur thoracique chronique).

Une autre revue scientifique semble confirmer que le CBD est plus efficace que les médicaments traditionnels pour atténuer les douleurs chroniques. Grâce à ses propriétés antalgiques et anti-inflammatoires, ce cannabinoïde a pu soulager les douleurs neuropathiques et radiculaires des patients de l’étude.

Par ailleurs, une étude de 2011 a démontré que les opioïdes et les cannabinoïdes pouvaient sensiblement réduire les douleurs chroniques. Les chercheurs ont découvert qu’en vaporisant du cannabis, on pouvait réduire le dosage des opioïdes afin d’obtenir un effet analgésique acceptable.

En outre, le CBD serait également efficace dans le soulagement du syndrome de douleur myofasciale selon une étude polonaise. Cette affection des muscles masticateurs occasionne des douleurs au niveau de la zone temporo-mandibulaire (visage, cou, oreilles) et des migraines. L’application d’un patch CBD réduirait significativement la douleur temporo-mandibulaire (DTM).

Des conclusions contradictoires

Certaines études semblent contester les effets prometteurs du cannabidiol dans le soulagement et le métabolisme osseux. Selon une analyse de littérature rétrospective de 2015, l’abus de cannabis avant une arthroplastie entraine fréquemment des complications chirurgicales. Cela étant, la population d’étude incluait également les consommateurs d’autres substances (amphétamines, opioïdes, cocaïne, etc.). Une autre revue rétrospective s’est penchée sur des patients qui consomment du cannabis. Les consommateurs et les non-consommateurs présentaient les mêmes complications après une arthroplastie du genou.

En revanche, une recherche de 2018 a examiné l’effet du cannabis sur la mortalité hospitalière des patients orthopédiques. Elle a également évalué son influence sur d’autres variables comme les pathologies cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux. Il s’est avéré que les consommateurs de cannabis sont plus susceptibles de rester en vie que les patients qui n’en consomment pas.

Le CBD est-il vraiment efficace pour traiter les troubles musculo-squelettiques ?

La réponse tend vers le positif, malgré des opinions contradictoires minimes. Il participe à la régulation du processus de remodelage des os via les récepteurs du système endocannabinoïde. Le cannabis aide les récepteurs CB2 à freiner la destruction des os et à maintenir la densité osseuse. Les personnes souffrant de troubles musculo-squelettiques sollicitent surtout les propriétés anti-inflammatoires et antidouleurs du CBD. Ce cannabinoïde est particulièrement efficace pour alléger les fractures, l’ostéoarthrite, les douleurs musculaires, les blessures liées au surmenage. Il constitue ainsi un allié inconditionnel pour les sportifs qui subissent de fréquentes commotions.

Découvrez également comment le CBD contribue à une meilleure récupération sportive.

Partager l'article:

Populaire

spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img

Les gens lisent aussi avec ces articles
Similaire

Les variétés de cannabis les plus adaptées pour les sportifs

Le cannabis et l'exercice physique ne sont pas souvent...

Pourquoi les joueurs de rugby consomment-ils du CBD ? 

Les joueurs de rugby sont soumis à des risques...

CBD : Un complément adapté aux sportifs

Depuis quelques années, on remarque une effervescence autour du...

Comment le CBD aide-t-il à améliorer les bénéfices du sport ?

La démocratisation du CBD est un fait d’actualité. Nous...