Actualités
A la Une

CBD et soulagement de l’arthrite

Douleurs et inflammations sont sans doute les symptômes les plus gênants et les plus contraignants dans la vie des patients atteints d’arthrite. On a l’habitude de les traiter par les antalgiques ou des anti-inflammatoires classiques. Pourtant, ces moyens thérapeutiques ne sont pas toujours satisfaisants et peuvent occasionner des effets secondaires désagréables et un risque de dépendance. Vient alors l’idée de trouver une alternative plus naturelle pour alléger les symptômes de l’arthrite.

Mieux comprendre l’arthrite

Comme laisse supposer son nom, l’arthrite désigne une inflammation articulaire occasionnant des symptômes douloureux aigus ou chroniques. Cette inflammation des articulations d’origine infectieuse (arthrite de Lyme) ou rhumatismale (arthrite rhumatoïde), mais on l’associe parfois aussi à la sénilité. Voilà pourquoi on la qualifie d’affection de vieillesse, pourtant elle peut toucher les enfants comme les adultes, surtout la gent féminine. Il faut toutefois souligner que l’arthrite peut se manifester par des douleurs au niveau musculo squelettique (os, tendons et ligaments endoloris). Mais l’arthrite résulte parfois des blessures physiques (traumas) ou encore d’un dysfonctionnement du système immunitaire.

symptômes-de-l-arthrite
symptômes de l’arthrite

Comprenons ses différents types

Il arrive que nos défenses naturelles se retournent contre nous et agressent nos articulations jusqu’à causer des symptômes inflammatoires douloureux. L’arthrite peut se manifester de différentes manières selon ses causes, dont les plus communes sont :

Polyarthrite rhumatoïde : comme l’indique son préfixe poly, c’est une forme d’inflammation rhumatismale de plusieurs articulations touchant ordinairement les membres inférieures et supérieures. Mais elle peut s’étendre à d’autres parties de notre corps. La polyarthrite rhumatoïde peut être héréditaire, auto-immune ou causée par de mauvaises habitudes de vie (tabagisme). Les femmes d’âge mûr sont plus touchées par cette affection par rapport aux hommes, quoiqu’on dénote une prévalence précoce. En outre, l’arthrite juvénile atteint ordinairement les enfants et les jeunes adultes, mais s’amoindrit au fur et à mesure qu’ils grandissent.

  • Goutte : souvent manifestée par une douleur au niveau de l’orteil, la goutte provient de l’agglomération de cristaux d’acide urique dans les articulations. Ce type d’affection entraîne généralement des douleurs aigües.
  • Lupus : c’est une affection auto-immune qui peut entraîner de graves inflammations au niveau musculaire, sanguin, pulmonaire, rénal, nerveux et cutané.
  • Arthrite infectieuse : elle est causée par des agents infectieux touchant les articulations et enclenche l’inflammation. En revanche, l’arthrite réactive survient après une infection qui n’est pas forcément localisée au niveau articulaire.
  • Type psoriasique : l’arthrite psoriasique est liée à l’affection cutanée caractéristique du psoriasis avec formation de plaques sur la peau.
  • Spondyloarthropathie : Cette forme d’arthrite d’origine génétique déclenche des symptômes inflammatoires intensément douloureux dans les articulations périphériques et les vertèbres dorsales.
  • Sclérodermie : c’est une affection auto-immune qui se manifeste par un durcissement cutané, des douleurs articulaires tout en attaquant les cellules conjonctives (soutenant les organes). Elle peut provoquer des symptômes d’arthrite, voire affecter d’autres organes (poumons, reins, cœur, etc.).

Comprendre les principales différences entre l’arthrite et l’arthrose

Attention, les notions d’arthrite et d’arthrose sont différentes contrairement à ce que l’on pourrait croire. La première est un symptôme inflammatoire dont l’intensité de la douleur articulaire se ressent au repos et s’allège lorsqu’on bouge. En revanche, l’arthrose est une maladie articulaire résultant de l’usure du cartilage qui favorise l’entrechoc des os. Contrairement à l’arthrite, on ressent de l’apaisement au repos, mais de la gêne et des douleurs lorsqu’on bouge les articulations. En fait, lorsque le cartilage est détruit, il ne peut plus amortir les chocs de mouvement. Quoi qu’il en soit, les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde (arthrite) sont plus susceptibles de développer une arthrose.

Thérapies courantes contre l’arthrite

Les thérapies de l’arthrite sont nombreuses et dépendent notamment de la forme d’arthrite mise en cause. Généralement, les médecins prescrivent des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour atténuer les douleurs. En revanche, on prescrit plutôt les corticoïdes dans les formes auto-immunes ou rhumatismales comme la polyarthrite rhumatoïde pour les soulager. Qu’ils soient pris en comprimés ou injectés, ces médicaments réduisent efficacement les symptômes inflammatoires. Malheureusement, ils :

  • Affaiblissent les muscles (jambes)
  • Présentent un risque d’ostéoporose (réduction de la densité osseuse)
  • Troublent le système digestif (acidité gastrique) et reproducteur
  • Engendrent l’affaiblissement de notre système immunitaire
  • Perturbent notre sommeil
  • Provoquent des troubles nerveux (dépression, stress, délires, etc.)
  • Favorisent les affections oculaires (cataracte, glaucome, etc.)
  • Entraînent une dépendance à ces médicaments.

En effet, certains corticoïdes peuvent avoir un effet immunosuppresseur pouvant aider au traitement des arthrites de cause auto-immune. Mais les immunosuppresseurs tels que le méthotrexate présentent de nombreux effets indésirables. Dès fois, ils favorisent les infections pneumococcique (pneumonie, sinusite, otite, pneumonie) pouvant s’aggraver en une méningite ou une maladie sanguine (septicémie).

Ruée des sportifs vers l’usage des opioïdes

L’engouement pour les opioïdes provient en grande partie des médecins qui les ont prescrits aux patients arthritiques pour soulager la douleur. La prescription massive du tramadol et de l’oxycodone a contribué à la crise actuelle des opioïdes aux États-Unis. Pourtant, ces médicaments présentent un taux élevé de dépendance. La crise des opioïdes en Amérique est hautement destructive en raison de l’explosion des décès par overdose (64 000 en 2016) et du nombre de toxicomanes. Leurs surdoses sont responsables de plus de décès que les armes à feu ou les accidents routiers (Amérique du Nord). Cette crise n’épargne pas les sportifs de compétition qui doivent faire des entraînements intensifs, provoquant potentiellement des blessures physiques.

L’influence de l’arthrite sur la carrière des sportifs

L’arthrite a écourté la carrière de nombreux sportifs, mais certains d’entre eux ont tout de même pu la surmonter.

La joueuse de tennis Caroline Wozniacki et l’arthrite

En 2018, Caroline Wozniacki a brillé durant le tournoi du Grand Chelem. Mais de nombreuses victoires ont précédé cet Open d’Australie. Malheureusement, cette championne de tennis danoise a été éliminée lors du tournoi de Singapour en 2018. Elle a profité de l’occasion pour déclarer sa maladie aux médias. En fait, cette joueuse de tennis souffre depuis deux ans d’arthrite, plus précisément de polyarthrite rhumatoïde. Cette maladie lui a valu de perdre sa première place mondiale alors qu’elle était à l’apogée de sa carrière. Cette sportive de talent a bien dû s’accommoder à la douleur, mais elle ambitionne d’informer le public sur cette affection handicapante. Caroline Wozniacki met notamment en garde les personnes qui ressentent des symptômes douloureux sans pouvoir identifier qu’il s’agit de l’arthrite.

Le joueur de basket Shaquille O’Neal et l’arthrite

Shaquille O’Neal devenue une icône du basket-ball depuis qu’on l’a engagé dans la NBA en 1992. Ce joueur de basket ayant remporté 4 victoires à la NBA souffrait pourtant d’arthrite. Il a dû subir des douleurs au gros orteil. Shaquille pensait notamment que son affection provenait de ses efforts physiques (dunks, sauts, courses) associés à son grand poids (145 kg).

La joueuse de golf Kristy McPherson

On a initié la joueuse de golf Kristy McPherson dès son jeune âge (7 ans). Malheureusement, les médecins lui ont diagnostiqué une forme d’arthrite juvénile (polyarthrite rhumatoïde). Quoi qu’il en soit, la golfeuse a su surmonter ses douleurs et continuer son activité sportive préférée.

Le joueur de baseball Sandy Koufax

Sandy Koufax est un joueur de baseball américain très célèbre. Sa réputation provient notamment de ses remarquables lancées par la main gauche. C’était l’un des plus jeunes talents à intégrer le Temple de la renommée du baseball. En 1964, on lui a diagnostiqué une arthrite résultant d’une blessure au coude. Ce sportif avait l’habitude d’appliquer du piment rouge sur ses parties endolories pour soulager ses douleurs.

Mais on peut citer aussi le boxeur James Braddock, la patineuse Kristine Holzer ou le joueur de hockey Gordie Howe. Bien entendu, il serait difficile d’énumérer tous les sportifs ayant souffert d’arthrites, donc cette liste n’est pas complète. Quoi qu’il en soit, parmi les nombreuses disciplines sportives, le jogging et le tennis peuvent aggraver les problèmes d’arthrite.

Liaison entre arthrite et traumatismes sportifs

  • Les blessures sportives peuvent causer indirectement l’arthrite. En effet, elles peuvent toucher le cartilage ce qui contribue à développer cette affection. Il faut dire que certains traumatismes peuvent endommager les articulations à long terme notamment les blessures au niveau des :
  • Os qui maintiennent les cellules cartilagineuses : une fracture peut provoquer une régénération inégale de la région cartilagineuse impactée. De ce fait, le cartilage s’use plus rapidement ce qui favorise le développement de l’arthrite. Les luxations récurrentes peuvent aussi provoquer une arthrite précoce. Plus l’articulation se disloque, plus cela endommage le cartilage.
  • Ligaments : ce genre de blessures entraînent parfois des lésions non négligeables au cartilage, ce qui favorise l’apparition de l’arthrite. Le LCA ou rupture du ligament croisé antérieur du genou est fréquente dans les disciplines induisant des changements répétitifs de direction. Or, le déchirement de ce ligament peut provoquer la dislocation de l’articulation, ce qui favorise la blessure du cartilage.

Cartilage : Les chocs violents au niveau des cartilages peuvent engendrer des blessures et entraîner l’arthrite.

Comment le CBD peut-il aider à surmonter douleurs et inflammations de l’arthrite ?

On peut envisager d’utiliser le cannabidiol pour contrer les symptômes douloureux et inflammatoires de l’arthrite. Son usage en complément d’un traitement médical est déjà approuvé dans de nombreux pays. Pour rappel, le CBD est l’une des substances actives du cannabis qui n’induit pas d’intoxication ou d’effet psychotrope. Ce phytocannabinoïde a un effet complexe sur l’organisme, il ne cible pas un seul symptôme, mais l’affection dans son ensemble.

Plusieurs recherches soutiennent que le cannabidiol inhibe le métabolisme du glocose et l’action des radicaux libres, ce qui réduit les inflammations. Le CBD intervient également dans la lutte contre les différentes formes de douleur articulaires. Le cannabidiol peut s’avérer d’une aide précieuse pour les rhumatisants en atténuant la perception de douleur. En effet, ce phytocannibinoïde agit sur notre système endocannabinoïde.

Le CBD améliore l’état des cartilages et des os tout en prévenant les dommages aux tissus articulaires. De plus, son action neuroprotectrice contribue à améliorer la mobilité générale du corps et à minimiser les raideurs matinales. Que vous l’utilisez à titre préventif ou en complément d’un traitement, l’huile de CBD aide à s’accommoder des symptômes de l’arthrite.

Pour conclure, on peut dire que l’arthrite est une affection pouvant gêner le confort de vie des gens. Les sportifs sont précocement atteints d’arthrite en raison des diverses blessures physiques entraînant l’endommagement des cartilages. Heureusement, le CBD contribue à soulager les symptômes douloureux et inflammatoires liés à cette affection. Il contribue notamment à la santé des cartilages et des os tout en favorisant la mobilité du corps. Peut-être est-il temps d’envisager de connaître le moment propice pour prendre les produits CBD ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page