Actualités
A la Une

CBD et interaction médicamenteuse : une nouvelle expérimentation prometteuse pour les sportifs

La pratique sportive offre de nombreuses occasions d’inflammations et blessures douloureuses. Pour réduire ses maux, les sportifs adoptent les médicaments anti-inflammatoires stéroïdiens et non-stéroïdiens. Cependant, face aux effets secondaires de ces compléments traditionnels, il existe des remèdes naturels très efficaces comme le CBD. Le cannabidiol est une molécule active non dangereuse, non toxique et non psychoactive issue des plantes de chanvre. Il détient le potentiel de jouer un rôle important pour traiter de nombreuses maladies. Mais, suite au nombre croissant de la demande, il est tout de même indispensable de déterminer les limites du CBD. Découvrez dans notre article, la bonne utilisation des produits à base de cannabidiol et les interactions médicamenteuses qui existent.

Divers médicaments sous forme de gélules et de pilules

Les effets secondaires inévitables de l’ibuprofène

L’ibuprofène est pratiquement présent dans toutes les armoires à pharmacie. Ce médicament soulage les maux de tête, les crises dentaires, l’état grippal, etc. Pour traiter les douleurs et inflammations musculaires et articulaires, les athlètes privilégient l’automédication. Ils adoptent ce type de traitement pour atténuer ces maux.

Pour vérifier son efficacité, des chercheurs de l’IRSET ont examiné les effets délétères potentiels sur les testicules de 31 volontaires sportifs. Ces derniers sont âgés de 18 à 35 ans. La moitié exposée à de l’ibuprofène présente un niveau d’hormone hypophysaire très élevé. Or, ce dernier permet de contrôler la production de testostérone. Ce médicament bloque également la production des prostaglandines testiculaires.

Les auteurs de cette expérience ont conclu le résultat suivant. La prise prolongée d’ibuprofène peut provoquer une perturbation endocrinienne sévère chez les hommes. Ici, les doses importantes peuvent s’élever jusqu’à environ 1 200 mg/jour pendant 6 semaines. Ainsi, un traitement continu de ce médicament AINS aura des conséquences sur la reproduction, mais aussi sur la santé globale des sportifs.

Bernard Jégou, directeur de recherche de l’INSERM et Christèle Desdoits-Lethimonier, ingénieure de recherche de l’université de Rennes-1 confirme que « la consommation abusive d’ibuprofène par un homme ne souffrant d’aucune maladie chronique comme les athlètes de haut niveau, accroît les risques liés à ce médicament, mais aussi altère leurs conditions physiques (muscles et os) et hypothèque leurs santés reproductive ainsi que psychologique. »

Comment le CBD interagit avec les médicaments ?

L’un des chercheurs pharmacologues de l’Université de Californie de San Francisco dénommé Lester Bornheim, a étudié le métabolisme du CBD. Après avoir reçu une subvention du NIDA, en 1987, il a décidé d’étudier les effets des phytocannabinoïdes sur les cytochromes P450. Par définition, les cytochromes P450(CYP) sont des hémoprotéines qui favorisent le métabolisme oxydatif des médicaments.

Contrairement au THC et le cannabinol (CBN), le CBD est un désactivateur de l’activité des CYP. «C’est une enzyme très inhabituelle. Presque toutes les autres enzymes sont conçues pour s’adapter à un seul substrat et réaliser un seul processus chimique aboutissant à un seul produit », affirme Bornheim. En 1999, lors du rassemblement annuel de la Société Internationale de Recherche sur les Cannabinoïdes (ICRS), Borheim attire l’attention sur la possibilité que le CBD puisse interférer avec le métabolisme de certains médicaments.

D’ailleurs, le Professeur Adrian Devitt-Lee, de l’Université de Tufts-Massachusetts-USA précise que : « Toute médecine qui exploite le potentiel thérapeutique du CBD doit garder à l’esprit que le Cannabidiol peut à la fois augmenter ou bien inhiber de nombreuses enzymes du cytochrome P450 dans le foie, et de ce fait, peut potentiellement avoir un impact sur de nombreuses familles de médicaments… »

Un chercheur faisant une observation au microscope dans un laboratoire

Le CBD peut aider à soulager la douleur

Pour repousser leurs limites, les athlètes effectuent des activités intenses au-delà de ce qui paraît être possible. Même si ces pratiques peuvent augmenter les performances, elles peuvent entraîner des déchirures musculaires et des douleurs articulaires Les entorses et les inflammations sont aussi inévitables.

Or, la prise des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) provoque une dépendance et des effets secondaires indésirables. Dans ce cas, les remèdes naturels sont l’une des solutions préférables à adopter. Les propriétés analgésiques du cannabidiol, par exemple, soulagent efficacement les douleurs des sportifs.

Les recherches affirment que le CBD interagit avec le système endocannabinoïde afin de réduire l’inflammation des joueurs. Contrairement aux opioïdes en vente libre, les produits à base de cannabidiol luttent contre la dépendance et l’addiction à ces médicaments et autres substances similaires.

Le CBD atténue les inflammations

L’inflammation est l’un des obstacles les plus fréquents qui empêche d’atteindre la performance chez les athlètes de haut niveau. En effet, l’inflammation aiguë peut accentuer et prolonger la douleur ressentie et parfois la transformer en une maladie chronique. La consommation des AINS traditionnels a des effets secondaires dangereux pour la santé. Ainsi, les méthodes naturelles sont priorisées.

Des études ont démontré que le cannabidiol est un anti-inflammatoire très puissant. Il pourrait être bénéfique pour un sportif de haut niveau. Cette molécule naturelle présente dans le chanvre supprime la production de cytokines et aide à prévenir la prolifération cellulaire. Grâce à son induction de l’apoptose et des cellules T-régulatrices, le CBD pourrait donc inhiber l’inflammation.

Le CBD favorise la relaxation et le gain musculaire

Le processus de récupération des athlètes est souvent limité. Ces derniers présentent des crampes musculaires, des douleurs et des spasmes musculaires. Heureusement que le CBD possède des propriétés relaxantes post-entraînement. Cette substance agit sur le système endocannabinoïde afin d’équilibrer les fonctions corporelles en améliorant l’endurance et les performances des sportifs.

Il faut aussi noter que le cannabidiol pour la récupération musculaire peut être très bénéfique dans le gain musculaire. Ce principal actif inhibe effectivement les neurotransmetteurs qui influencent les récepteurs GABA-A, responsables de la relaxation musculaire.

La vente du cannabis thérapeutique en France

Actuellement, il existe trois médicaments élaborés à partir de cannabis et qui ont une autorisation d’utilisation temporaire par l’ANSM. Il s’agit de :

  • Sativex est composé essentiellement d’une concentration de CBD et THC équivalentes. Mais, son prix trop élevé n’est pas adapté à tous les patients. De plus, son efficacité serait relative au vue des données expérimentales.
  • Epidiolex est le premier médicament issu de la marijuana et peut traiter certaines formes d’épilepsie
  • Marinol est un médicament antalgique sur le marché depuis 2003, mais avec une prescription hospitalière. Il atténue les douleurs neuropathique après un échec thérapeutique, les nausées et vomissements suite à une chimiothérapie.

D’ailleurs, la mise en vente de ces médicaments à base de cannabinoïde doit se faire en pharmacie. Bien évidemment, ce type de traitement n’est pas recommandé aux femmes enceintes et/ou allaitantes et aux mineurs.

Les produits au CBD sans ordonnance

Les produits CBD se déclinent en plusieurs formes. Ils se classent généralement en deux catégories en fonction de leurs effets respectifs :

  •  les produits avec des effets immédiats : les huiles de chanvre consommées par voie sublinguale et les fleurs séchées de cannabis utilisées dans la vaporisation.
  •  les produits à effet prolongé : ce sont les gélules d’huile de cannabis, les infusions de feuilles et fleurs séchées ou encore les divers compléments alimentaires. Comme son nom l’indique, ce type d’absorption demande un peu plus de temps au niveau de la digestion. Par contre, l’action perdure plus longtemps que les produits précédents.

D’un patient à un autre, les produits cannabiques utilisés et son mode d’absorption seront plus ou moins pertinents afin d’atténuer les symptômes de la maladie en question. Lors de l’expérimentation de ces produits à base de cannabidiol, les chercheurs ont constaté très peu d’effets secondaires.

Toutefois, avant de suivre un traitement à base de CBD, il est fortement conseillé d’avoir un avis médical. De cette manière, vous serez sûrs et certains d’avoir des résultats pour soulager les maladies ressenties. En effet, il est important d’éviter les contre-indications avec un autre traitement traditionnel en cours et surtout de s’auto prescrire du cannabidiol sans l’avis d’un spécialiste.

un sportif avec une plaquette de médicament

Qui peut prescrire du CBD comme traitement ?

Ce sont uniquement les médecins volontaires et spécialisés qui peuvent prescrire les traitements aux cannabinoïdes. Pour suivre l’évolution des patients, ces derniers doivent s’inscrire obligatoirement dans le registre national électronique de suivi.

De cette manière, les spécialistes pourront suivre et étudier de près : les effets, le dosage et le type d’absorption du cannabis médical. De plus, les médecins seront directement au courant des meilleures posologies pour traiter une maladie donnée en fonction du profil du patient.

En outre, un communiqué venant du ministère de la santé relate l’amendement d’Olivier Véran, le ministre de la Santé en France et député LREM du 3 juin 2020. L’Assemblée Nationale a voté la proposition d’une expérimentation de deux ans concernant l’usage médical du cannabis. Cette étude devait débuter en septembre 2020, mais suite à l’épidémie du COVID-19, elle a été reculée en janvier 2021.




Pour conclure, le CBD est une potentielle alternative naturelle pour soulager la douleur, l’anxiété et l’inflammation. Mais, il est aussi efficace pour la récupération musculaire et la santé mentale. Il n’a presque aucun effet secondaire indésirable contrairement aux médicaments traditionnels. Les sportifs professionnels doivent rester prudents lorsqu’ils choisissent les produits à base de cannabidiol. Avec son lien direct avec le THC, la substance illégale dans toutes formes de compétition, il faut envisager uniquement les produits sans THC. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page